Le diabète, comment ça marche ?

Le diabète, comment ça marche ?

Le diabète est une maladie chronique qui se caractérise par un excès de sucre dans le sang ou hyperglycémie. En France, plus de 3,7 millions de personnes sont atteints par cette pathologie.

De manière très simple, le diabète est une pathologie chronique caractérisée par une augmentation du taux de glucose (sucre) dans le sang. Il se définit par un taux de glycémie à jeun, supérieur ou égale à 1,26g/l lors de deux dosages successifs.

Résultat ? Le diabète nécessite une prise en charge adaptée au quotidien. On distingue trois types de diabète (type 1, type 2 et gestationnel) dont deux principaux : 

 

- le diabète dit « de type 1 » est dû à une absence de sécrétion d’insuline par le pancréas ;

- le diabète dit « de type 2 » est dû à une mauvaise utilisation de l’insuline par les cellules de l’organisme. Son développement se fait très progressivement, de façon insidieuse sur de nombreuses années.

 

Diabète de type 1

Le diabète de type 1 survient le plus souvent chez l’enfant, l’adolescent et l’adulte jeune. Il est beaucoup moins fréquent que le diabète de type 2 et représente 10% des cas de diabètes en France et dans le monde. La moitié des cas se déclare avant l’âge de 20 ans. La prévalence de la maladie ne cesse d’augmenter, au rythme de 3 à 4 % par an depuis une vingtaine d’années. Les raisons de ces évolutions sont inexpliquées à ce jour, mais les modifications de l’environnement et de son interaction avec le génome sont montrés du doigt : taux d’infections virales, accroissement de l’âge maternel, alimentation, exposition à des toxines...

 

Diabète de type 2

Le diabète de type 2 survient généralement après l’âge de 20 ans. Il est le plus fréquent et concerne environ 90 % des personnes ayant un diabète. Il touche 4 % de la population en France, soit environ 2,5 millions de personnes. Le développement du diabète de type 2 se fait sur plusieurs années, en trois étapes. Dans un premier temps, les cellules de l’organisme deviennent résistantes à l’insuline. Cette résistance est normale avec l’âge mais elle est aggravée par l’excès de tissus gras en cas de surpoids et d’obésité. Ce stade s’appelle : insulinorésistance. Le glucose s’accumule dans le sang et une hyperglycémie s’installe progressivement.

 

Ensuite, l’organisme va tenter de s’adapter et le pancréas augmente la production d’insuline : cela s’appelle l’hyperinsulinisme. Après plusieurs années (10 à 20 ans), le pancréas s’épuise et ne peut plus sécréter suffisamment d’insuline pour réguler le taux de sucre dans le sang : c’est le stade d’insulinodéficience.

 

D’où vient le diabète ? 

Il n'existe pas une cause précise mais un ensemble de facteurs favorisants :

- une origine génétique : le facteur familial est tout à fait prépondérant. Des antécédents de diabète du même type sont souvent présents dans la famille.

- des facteurs environnementaux : alimentation déséquilibrée, un manque d’activité physique, responsables du surpoids.

 

Traitements et prévention 

Pour faire face à cette pandémie, il faut bouger plus et manger moins et surtout plus sainement ! Au niveau des traitements, la prévention est à l’honneur avec, dans un premier temps, des mesures hygiéno-dététiques. S’en suivent des traitements anti diabétiques oraux ou injectables ( injection d’insuline avec seringue ou stylo) dont l’efficacité n’est optimale que s’ils sont associés à une alimentation équilibrée et une activité physique régulière.

 

Le traitement de référence du diabète de type 2 est la modification des habitudes de vie : une perte de poids quand elle est nécessaire, une activité physique régulière et une alimentation équilibrée peuvent être suffisants pour contrôler la glycémie. Mais ces changements sont souvent difficiles à mettre en œuvre et à accepter par le patient !

 

La e-santé au service du diabète

Habitués à surveiller leur glycémie, les patients atteints de diabète portent haut les couleurs de la e-santé ! Les diabétiques utilisent d’ailleurs de nombreuses applications mobiles, devenues incontournables. Plus de deux diabétiques sur dix possèdent des objets connectés de santé dont un glucomètre connecté pour 29,2 % (lecteur de glycémie, permettant de mesurer rapidement le taux de glucose dans le sang). Mais les solutions de e-santé sont variées dans le diabète avec des applications connectées comme le comptage des glucides du repas ou les carnets glycémiques électroniques.

 

Il existe également des systèmes d’aide à la décision rapide qui permettent, sur la base du taux de glycémie et selon la composition du repas, de calculer la dose d’insuline rapide à s’injecter à partir de la prescription habituelle. Certaines applications proposent même d’envoyer les données au médecin ! Enfin, certains systèmes en télésanté vont encore plus loin en proposant des échanges automatisés entre le dispositif connecté et le patient, avec une télésurveillance par une infirmière de "télémédecine" et/ou un médecin. De belles perspectives pour la prise en charge de cette pathologie ! 

Professionnels de l'autonomie,

A votre tour, devenez partenaires myautonomie.com !

Besoin d'aide ?

04 22 46 11 12

du lundi au vendredi
de 9h00 à 18h00

Mail Être rappelé(e)