La dénutrition chez les seniors

La dénutrition chez les seniors

La dénutrition touche une personne âgée sur dix à domicile et 15 à 40% des pensionnaires d’EHPAD. S’orienter vers une alimentation correcte se place donc en pole position de la prévention !

La dénutrition du senior correspond à une diminution des apports alimentaires. Résultat ? De multiples carences et une possible détérioration de la santé. La perte de poids est le symptôme le plus reconnaissable de la dénutrition. En effet, on constate généralement un amaigrissement de 5 % du poids en un mois ou de 10 % en six mois. 

 

Quels facteurs favorisants ? 

Plusieurs facteurs se combinent et favorisent l’apparition d’une situation de dénutrition chez la personne âgée. En premier lieu, le manque d’activité physique qui engendre une diminution de la sensation de faim. Conséquence ? Le patient aura tendance à sauter des repas. Autre facteur aggravant : l’altération du goût due à l’âge mais aussi à la poly-médication. En effet, les aliments n’ont plus autant de saveur, la personne âgée perd l’appétit et la dénutrition guette…. Les petits maux du quotidien ne sont également pas à prendre à la légère.

 

Pensons notamment aux problèmes digestifs et gastriques (constipation, reflux gastriques…), bucco-dentaires (gencives douloureuses, mastication difficile). Le psychique joue également un rôle essentiel. En effet, la rupture du lien social, l’isolement entrainant parfois même une dépression favorisent la dénutrition chez la personne âgée. Attention également aux préjugés ! Nous avons souvent tendance à penser que les seniors ont des besoins d’apports énergétiques plus faibles… Mais ce n’est pas le cas ! Ils sont identiques aux nôtres.

 

Cap sur la prévention !

Vous connaissez l’adage… La prévention est de mise pour éviter ce genre de situation qui peut être dangereuse pour les patients ! Il est donc important d’adopter, à domicile comme en EHPAD ou en établissement de santé, quelques bonnes habitudes : 

 

  • Enrichir l’alimentation : pour éviter la dénutrition, il faut proposer à nos ainés un apport quotidien d’un gramme de protéine par kilo de son poids. Une astuce ? Vous pouvez enrichir les repas avec notamment du lait et de la crème. Les apports nutritionnels seront ainsi améliorés !
     
  • Privilégier les aliments faciles à consommer : pour pallier aux troubles de la mastication, optez par exemple pour de la viande hachée, du thon émietté, de la soupe, des légumes bouillis ou encore du poisson fin. 
     
  • Relever le goût des plats : la dénutrition de la personne âgée est due, entre autres, au goût qui s’estompe. Il est donc nécessaire de relever les plats avec des épices, des condiments et des aromates… Misez sur un assaisonnement un peu plus fort que le vôtre !

A noter également que la carence en vitamine D est fréquente chez les personnes âgées vivant à domicile et atteint 70 à 100% des personnes âgées vivant en institution. Les conséquences de cette carence sont bien connues sur l’ostéoporose et le risque de fracture. De fait, la supplémentation en vitamine D prévient aussi chez elles le risque de chute. A ne pas négliger ! 

Enfin, différentes entreprises et institutions commercialisent des aliments (galettes, brioches…) qui permettent de combler les déficits et carences des personnes âgées, notamment en périodes de fortes chaleurs. 

 

Pour en savoir plus sur la prévention de la dénutrition des personnes âgées, il est possible de consulter le site Manger Bouger, s’inscrivant dans le cadre du Programme National Nutrition Santé (PNNS), lancé par le gouvernement et mis en œuvre par les différents acteurs du domaine de la santé publique.

Professionnels de l'autonomie,

A votre tour, devenez partenaires myautonomie.com !

Besoin d'aide ?

04 22 46 11 12

du lundi au vendredi
de 9h00 à 18h00

Mail Être rappelé(e)