L'arthrose, qu'est-ce que c'est?

L'arthrose, qu'est-ce que c'est?

L'arthrose  résulte d'une dégradation du cartilage qui recouvre les extrémités des os au niveau des articulations. Environ un français sur cinq est touché par ce rhumatisme chronique qui apparaît chez les plus de 40 ans et se généralise après 65 ans.

L'arthrose est la maladie rhumatismale la plus fréquente, loin devant les rhumatismes inflammatoires et les autres maladies des articulations. IL s’agit en fait d’une usure anormale du cartilage articulaire et de l’ensemble de l’articulation. Ainsi, l’arthrose se caractérise par trois lésions anatomiques : 

 

- l’atteinte du cartilage articulaire qui se fissure et se creuse d'ulcérations (trous dans le cartilage) pouvant laisser l'os à nu 

 

- l'atteinte de l'os lui-même qui se décalcifie (ostéoporose) et se condense en différents endroits

 

- la formation sur les bords de l'articulation de petites excroissances osseuses : les ostéophytes (parfois dénommés "becs de perroquet" en raison de leur forme radiologique).

 

Mais d’où ça vient ? 

Dans l'arthrose, la destruction du cartilage correspond à une fissuration de la surface vers la profondeur du tissu cartilagineux. Cette fissuration est généralement liée à des phénomènes mécaniques, mais elle est aussi favorisée par des altérations biochimiques de la structure du cartilage. Cette pathologie provient donc de contraintes physiques mais les principaux facteurs d’apparition sont : généraux (âge, poids, ménopause, autres rhumatismes), génétiques ou locaux (traumatismes importants ou faibles à répétition, anomalie de position de l’articulation, autres maladies osseuses ou articulaires localisées). 

 

Quels sont les symptômes ? 

La majorité des personnes atteintes d’arthrose consulte leur médecin en raison de douleurs… Mais ce n’est pas le seul symptôme. Une certaine raideur peut se manifester au niveau de l’articulation arthrosique, notamment après un moment de repos. Pas toujours facile de se lever le matin… L’articulation concernée peut avoir besoin d’une petite phase de « dérouillage » ! Il faut donc travailler sa souplesse. Il existe également des épisodes inflammatoires plus communément appelées des « crises ». Ces épisodes sont transitoires et ponctuels.

 

Ils correspondent en fait à la destruction des fragments de cartilage qui se sont détachés dans l’articulation. Lors d’une crise inflammatoire, l’articulation sera plus douloureuse et pourra être rouge et gonflée. La douleur peut vous réveiller la nuit, la raideur matinale est plus importante… La survenue de ces crises doit vous inciter à aller consulter votre médecin qui pourra adapter votre traitement. Enfin, peuvent également apparaitre des déformations, principalement lorsque l’arthrose affecte les doigts ou les pieds. Par un processus encore mal connu, lorsque la déformation arrive à son terme, la douleur s’estompe. 

 

Une prise en charge indispensable 

La prise en charge de l’arthrose a pour objectif de soulager les symptômes, notamment la douleur, et d’améliorer le fonctionnement de l’articulation touchée. Dans un premier temps, il faut apprendre à ménager vos articulations touchées. Ne les sollicitez pas lorsque cela n’est pas indispensable ! Mais attention, cela ne veut pas non plus dire rester au lit. Il est important de bouger malgré l’arthrose. Pratiquez une activité physique régulière et surtout adaptée. Orientez-vous de préférence vers des activités douces comme la marche, le golf, le cyclisme, la natation… 

 

La perte de poids est également essentielle dans la prise en charge de l’arthrose, qu’elle soit située au niveau de genou, de la hanche, de la colonne vertébrale… Si vous êtes en excès de poids, cela peut être le moment idéal d’aller consulter un nutritionniste ou un diététicien qui vous aidera à équilibrer votre alimentation. 

 

La rééducation, avec l’aide d’un kinésithérapeute, est elle aussi capitale ! Son objectif ? Préserver la stabilité de votre articulation, conserver une certaine souplesse et favoriser la réparation du cartilage…

 

Lorsque cela est nécessaire, l’appareillage est également une solution : 

les aides à la marche (canne, déambulateur) peuvent réduire la douleur en cas d’arthrose de la hanche ou du genou. Des attelles peuvent être également prescrites par votre médecin pour soulager vos douleurs, améliorer la stabilité de l’articulation et diminuer le risque de chute. 

 

Bien sûr, un traitement médicamenteux va permettre de lutter contre la douleur (antalgiques). Lors d’une crise, votre médecin pourra vous prescrire un médicament anti-inflammatoire. Il existe également des médicaments dits « anti-arthrosiques symptomatiques d’action lente » limités au traitement symptomatique à effet différé dans l’arthrose de la hanche et/ou du genou. Dans certains cas, si vos douleurs sont rebelles aux médicaments ou en cas d’épanchement articulaire, votre médecin pourra réaliser une injection intra-articulaire de corticoïdes. Ce geste peut soulager vos douleurs rapidement mais sur une courte période. Bien sûr des solutions de chirurgie peuvent être proposées en cas d’échec thérapeutique. Il est aussi possible d’envisager une viscosupplémentation. Le concept ? Pallier l’insuffisance qualitative ou quantitative du liquide synovial de l’articulation arthrosique en l’enrichissant par une substance viscoélastique composée d’acide hyaluronique. Elle a pour objectif de redonner davantage de mobilité à votre articulation et de soulager vos douleurs !

Professionnels de l'autonomie,

A votre tour, devenez partenaires myautonomie.com !

Besoin d'aide ?

04 22 46 11 12

du lundi au vendredi
de 9h00 à 18h00

Mail Être rappelé(e)