Maladies seniors

Les maladies qui touchent les seniors

Avec l'âge, le métabolisme se fragilise ce qui rend les personnes âgées plus vulnérables face aux maladies.

Quelles sont ces maladies ? Pourquoi les seniors sont plus vulnérables ? Vous trouverez ici toutes les réponses ainsi que des conseils pour conserver votre autonomie dans les meilleures conditions.

les maladies des seniors

Des seniors de plus en plus nombreux

Avec une espérance de vie toujours plus importante (85 ans pour les femmes, et 79 ans pour les hommes), le nombre de personnes âgées augmente considérablement depuis ces dernières années. 30% de la population Française dépassera les 60 ans en 2035, et l’on dénombre actuellement en France, plus 20 000 centenaires, nombre qui devrait exploser d’ici 2050. Nos aînés sont en général, à un âge donné, en bien meilleure santé que leurs ancêtres pouvaient l’être. En effet, la médecine a fait des progrès indéniables, et notre pays figure parmi les mieux lotis en matière de santé dans le monde.

Des maladies liées à la vieillesse

Cependant, cet allongement de la durée de vie et le vieillissement de la population va de pair avec une fragilisation globale de cette tranche de la population. On observe l’apparition et le renforcement de pathologies liées à la vieillesse tel que l’arthrose, les troubles visuels et auditifs, diabète, fragilisation osseuse comme l’ostéoporose… mais également des maladies provoquant perte de mémoire et d’équilibre. Elles sont souvent à l’origine de la perte de mobilité et d’autonomie des personnes âgées. D’autre part, de nouvelles maladies sont apparues ou se sont renforcées ces dernières années. Sans doute lié à nos modes de vie moderne avec tout ce que cela implique : alimentation plus riche et sédentarité entraînant des problèmes cardiovasculaires, pollutions diverses accroissant les allergies et les problèmes respiratoires, l’augmentation de la prise de médicaments (anxiolytiques, neuroleptiques…), suspectée aujourd’hui de renforcer les maladies neuro dégénératives comme la maladie de Parkinson ou d’Alzheimer.

Les principales maladies qui affectent les seniors 

Les maladies neurologiques

Parmi les affectations dégénératives liées au vieillissement, on retrouve notamment les altérations neurologiques.

La maladie d’Alzheimer

Les personnes âgées atteintes de la maladie d'Alzheimer subissent une forme de démence sénile qui peut se caractériser, pour les symptômes les plus connus, par des pertes de mémoire, des sautes d'humeur pouvant aller jusqu'à rendre la personne agressive, et des changements radicaux de comportements. Certaines personnes ne sont ainsi même plus capables de reconnaître leur entourage proche ou de contrôler leurs paroles.

De nombreux signaux d'alarme peuvent être détecté en avance. C'est pourquoi, il ne faut pas hésiter à faire consulter son proche au moindre doute, pour une meilleure prise en charge.

La maladie de Parkinson

La maladie de Parkinson se manifeste par la destruction progressive de neurones, ayant pour conséquence d'affecter l'ensemble du système nerveux et provoquant des troubles de la motricité tel que des tremblements, de l’akinésie et parfois des troubles cognitifs.

L'AVC

L'AVC, ou Accident Vasculaire Cérébral, s'il peut toucher n'importe qui, est généralement plus susceptible de se manifester chez une personne âgée. C'est une attaque cérébrale, rarement sans conséquences, due au fait que les vaisseaux sanguins se bouchent, ou parfois lié à une hémorragie cérébrale.

Des signaux permettent de la prévenir et de prendre la personne en charge à temps afin de limiter au maximum ses conséquences.

Les maladies cardio-vasculaires 

Les maladies du cœur, autrement dit les maladies cardiovasculaires, constituent un ensemble de troubles affectant le cœur et les vaisseaux sanguins. Elles se traduisent par l’obstruction des veines par des caillots sanguin ou les vaisseaux qui se bouchent, provocant des infarctus ou des AVC. Les principaux facteurs risques de ces maladies sont le manque d’activité physique, une mauvaise alimentation, l’obésité, l’excès d’alcool et le tabagisme. L’hyper médication peut aussi être à l’origine d’arrêt cardiaque. Certaines maladies comme l’hypertension, le diabète, le cholestérol sont souvent responsable des problèmes cardiaques.

On compte parmi les maladies cardio-vasculaires :

·       les cardiopathies coronariennes

·       les maladies cérébro-vasculaires

·       les souffles au cœur

·       les embolies pulmonaires

·       les artériopathies…etc.

Les maladies oculaires et auditives

Si à priori ils ne semblent pas aussi handicapants que les affectations vues précédemment, ces problèmes peuvent être particulièrement gênants au quotidien. En effet, les personnes en forte perte d'audition doivent se faire appareiller, et ce souci contribue largement à affecter leurs relations.

Il en va de même pour les problèmes oculaires. On peut prendre pour exemple le glaucome, qui provoque des lésions de la rétine et causer des troubles de la vision. On constate alors une baisse de la vue et voir même une perte de la vue totale. La DMLA, Dégénérescence Maculaire Liée à l'Age, touche fréquemment les seniors. Il s’agit d’une perte progressive de la vision centrale qui se manifeste notamment par l'apparition de taches noires dans le champ de vision. Ces troubles oculaires réduisent automatiquement l’autonomie des personnes âgées, notamment en termes de déplacements.

Les maladies osseuses  

Le vieillessement peut également avoir des effets néfastes sur le système musculosquelettique. En effet, la densité des os allant en diminuant, les personnes âgées sont la plupart du temps atteintes d'ostéoporoseou d’ostéoarthrite.

L’ostéoporose fragilise les os qui sont plus facilement sujets à se briser. Cela entraîne un risque très fort de blessures en cas de chute ou d'impact contre un objet.

En tant que seniors, les problèmes d'arthrose sont beaucoup plus fréquents. Il s’agit de l’usure du cartilage articulaire provocant des inflammations pouvant être très douloureuses. C’est un réel handicap et peut entraîner une véritable dépendance physique, notamment en terme de mobilité.

Les maladies chroniques

Les personnes âgées sont plus susceptibles d’être touchées par certaines maladies, comme le diabète ou encore l’hypercholestérolémie. Dans le premier cas, il s’agit d’une élévation anormale du taux de glucose dans le sang ; et dans le second cas, un taux de cholestérol sanguin trop élevé. Ces maladies peuvent être des indicateurs d’une malnutrition, très fréquente chez les personnes âgées.

Des personnes âgées plus vulnérables

Les personnes âgées ont un métabolisme plus fragile et sont donc plus sensibles aux maladies, affections, chutes, ou encore aux conditions climatiques.

La canicule de 2003 a d’ailleurs été tragique pour les personnes âgées. Cela a mis en relief l’isolement et l’extrême fragilité de milliers de personnes âgées qui n’ont pas pu agir face à cette vague de chaleur. Des leçons en ont été tirées et les pouvoirs publics ont mis en place des mesures pour faire face à ce problème : pièces climatisées dans les établissements, maraudes à domicile pour l’hydratation, fontaine à eau dans les centres villes, appels fréquents et campagne télévisée pour les familles... L’autre exemple est la grippe, qui on le sait est un une maladie virale potentiellement très dangereuse chez les personnes âgées. Là aussi, on a fait des progrès grâce aux campagnes de vaccination.

On observe aussi d’autres pathologies comme l’incontinence. En France, environ 30% des personnes âgées de 75 ans et plus, sont victimes d'incontinence. Cela peut être lié à plusieurs causes : vessie distendue, appauvrissement du sphincter en fibres, troubles d'ordre neurologique, etc. L'incontinence est handicapante au quotidien et nécessite des solutions adaptées auxquelles les personnes âgées sont parfois peu enclines. Ce handicap jouant fortement sur la confiance en soi.

Risques et conséquences sur la santé : la perte autonomie

Ces pathologies liées à l’âge peuvent rapidement nuire à la santé globale du senior. Les personnes âgées atteintes de troubles physiques ou psychiques, peuvent perdre leur autonomie. En effet, elles sont diminuées et donc ne peuvent plus toujours assumer tous les actes essentiels du quotidien. La faiblesse physique s’accompagne aussi de perte d’équilibre, entrainant parfois des chutes. Celles-ci peuvent être responsables de fractures, notamment d’une fracture du col du fémur, spécifiquement lié à l’âge. Pour les personnes atteintes de troubles cognitifs par exemple, elles exigent une surveillance particulière.

Ainsi, les personnes âgées en perte d’autonomie ont besoin d’aide et d’assistance dans leur vie de tous les jours.

Vieillesse : des solutions existent pour faire face à la perte d’autonomie et contribuer au maintien à domicile

Notre mode de vie actuel, avec des familles souvent dispersées, ne facilite pas l’entraide familiale directe. Enfants et parents âgés ne vivent plus sous le même toit, et ces derniers se retrouvent souvent seuls avec une autonomie limitée. D’autre part, les prix pratiqués en EPHAD (Etablissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes) sont élevés, obligeant les familles à maintenir leurs aînés le plus possible à domicile. Il existe différents services, médicalisés ou non, favorisant le maintien à domicile des seniors dans les meilleures conditions possibles. Des aides financières, par exemple l’Allocation Personnalisée d’Autonomie, l’APA) permettent de bénéficier de ces services.

Parmi ces services, on peut citer :

·       Les services d’aide à domicile 

Solutions indispensables aux personnes ne pouvant plus effectuer certains gestes quotidiens, comme cuisiner ou effectuer l’entretien de leur foyer. Quelques exemples de prestations pouvant être réalisées pour les personnes en manque d’autonomie : la cuisine le ménage, le bricolage, l’aide à la mobilité, à la toilette, au lever et coucher…etc.

·       La téléassistance :

Système d’alarme à distance permettant d’assister les personnes fragilisées en cas de besoin et d’urgence. Le dispositif de téléassistance peut prendre la forme de bracelet, pendentif, montre, ceinture, téléphone, capteurs…etc. En cas de chute, la personne peut appuyer sur le bouton d’appel pour déclencher l’alerte, ou en cas de malaise provoquant une chute, des alarmes peuvent être envoyées automatiquement au plateau de téléassistance. Pour les personnes souffrant de la maladie d’Alzheimer ou de Parkinson, certains de ces dispositifs permettent aussi de géolocaliser la personne en cas de perte et de délimiter des périmètres de sécurité. Le boom des objets connectés laisse en outre entrevoir des possibilités infinies en matière d’assistance efficiente pour veiller sur nos ainés (patchs électroniques, capteurs, monitoring, …)

·       Aménagement du domicile :

Mais la technologie ne fait pas tout. L’accompagnement de la dépendance des personnes âgées est un des principaux défis actuels et à venir, et un des aspects à ne pas négliger est la prévention. Pour cela il faut du personnel soignant et des ergothérapeutes, s’assurant que les personnes vivent dans un logement adapté à leur niveau d’autonomie présent et à venir, autant que faire se peut, et les conseillant sur les mobiliers les plus adaptés, et les gestes à privilégier ou à proscrire dans leur vie quotidienne.


La vieillesse apporte ainsi avec elle son lot de désagréments. Le corps et le métabolisme sont fragilisés par l’âge et sont donc plus sensibles aux risques de maladie, chute, handicap…etc. Ces pathologies sont souvent responsables de la perte d’autonomie des seniors. L’alliance entre la prévention, les services d’aide à domicile, la téléassistance, l’aménagement du domicile…etc, permettent de favoriser le maintien à domicile des personnes âgées fragilisées. 

Section 1
Section 2
Section 3
Section 4

Nous recherchons les meilleurs offres

Veuillez patienter