Aides financières téléassistance

Financer la téléassistance

Quelles aides existent-ils pour financer la téléassistance et favoriser ainsi le maintien à domicile ?

Il existe plusieurs types d’aides pour la téléassistance en France. Alors, comment en bénéficier ? Et qui sont les personnes éligibles à ces aides ? Toutes les réponses ici !

les aides financières possibles pour la téléassistance

Les aides pour la téléassistance

Il arrive un certain âge, où notre santé se fragilise. La vieillesse apporte en effet son lot de désagrément comme l’arrivée de certaines maladies, une perte d’autonomie, des troubles de l’équilibre… et peut entraîner de lourdes conséquences comme un handicap, chute, isolement social, dépendance…etc. Les seniors ont ainsi besoin d’une attention particulière et d’une aide au vu de leur santé plus fragile. C'est la raison pour laquelle, les familles décident de placer leur proche dans un centre spécialisé. Cette alternative est souvent pénible pour les personnes âgées ou en situation d’handicap ; elles peuvent se sentir délaissées, à juste titre, et deviennent souvent encore plus dépendantes. Dans le même temps, les garder à domicile nécessite une disponibilité continue, notamment si le senior en question est en grande perte d’autonomie. Heureusement, il existe des services et des prestations qui permettent de venir aider et soulager les personnes âgées qui ont des problèmes de santé ou sont en perte d'autonomie. On parle notamment des services d'aide et d'accompagnement à domicile, de l'adaptation du logement, des soins de santé à domicile, des matériels pour favoriser la mobilité et la téléassistance. Grâce à la téléassistance et aux aides financières accordées par l'État, il est désormais possible, pour les personnes fragilisées, de rester vivre à leur domicile sans risques et en toute sécurité.

Qu'est-ce que la téléassistance ?

Une personne en perte d’autonomie qui souhaite rester vivre dans son domicile, a besoin d’une assistance et d’un accompagnement au quotidien, que ce soit pour l’aider dans les actes essentiels de la vie de tous les jours ou en cas d’urgence. La téléassistance est une prestation qui permet de sécuriser les personnes vulnérables dans leur logement ou à l’extérieur. C'est un dispositif actif qui assure aux bénéficiaires une assistance permanente et qui permet d'alerter à tout moment les proches ou le centre de téléassistance, en cas de besoin. Lorsque que le bénéficiaire déclenche l’alerte, manuellement ou automatiquement, le téléopérateur lui vient en aide. Dans un premier temps, il va analyser la situation, comprendre quel est le problème ou le besoin.  En cas de chute ou de malaise il prévient les proches et selon la gravité de la situation, cet agent se charge d'avertir immédiatement les services d'urgence pour la prise en charge de la personne.

Ce dispositif de sécurité favorise le maintien à domicile des personnes fragilisées et améliore leur vie quotidienne. Ils sont plus autonomes, indépendants et se sentent en sécurité. Ce système muni d'une alarme permet d’éviter le placement de la personne âgée ou handicapée dans des centres ou établissements spécialisés.

Les personnes en manque d’autonomie profitent d’une assistance à domicile, et leurs proches sont plus confiants. La téléassistance a aussi un rôle d’écoute et permet de créer un lien social entre les bénéficiaires et les téléopérateurs. Le service de convivialité réduit considérablement l'isolement et la solitude des personnes âgées ou en situation d’handicap.

Les solutions de télé alarme sont proposées par des organismes privés ou publics. Avant de choisir sa téléassistance, il faut définir les besoins de la personne et ses attentes. En fonction de ces éléments, l'utilisateur préférera soit une téléassistance classique, autonome et/ou mobile. Selon le type de matériel choisi, le montant peut varier entre 15 et 50 € par mois en moyenne. Ces prix sont composés de l'abonnement au service, la location et la maintenance. Pour aider les personnes fragilisées à bénéficier d’une assistance, il est possible d’obtenir des aides de l’État, des collectivités locales, des caisses de retraite ou encore des organismes privés comme les mutuelles. 

Quelles sont les aides financières possibles pour le service de téléassistance ?

Les personnes âgées ou handicapées peuvent profiter d'aides pour financer leur service de téléalarme et permettre un meilleur maintien à domicile. Il peut s'agir d’une participation indirecte, sous forme de réduction ou crédit d’impôts, et/ou d’une participation directe, qui prend en charge une partie ou la totalité de l'abonnement mensuel et/ou des frais d’installation. 

Aide indirecte : les aides fiscales

Pour toutes dépenses liées aux prestations de service à la personne, dont la téléassistance, les bénéficiaires peuvent profiter d’avantages fiscaux lors de leur déclaration d’impôts, qui se présentent de deux façons : 

• Sous la forme de réduction d’impôt si la personne est imposable

• Sous la forme d'un crédit d'impôt : un chèque remboursant la différence sera envoyé au bénéficiaire s’il est non-imposable.

Concernant l'utilisateur soumis à l'imposition sur le revenu, il lui sera possible de déduire 50% du montant total du coût du service de téléassistance. Il faudra cependant que le prestataire, choisi, ait l’agrément service à la personne. De plus, les coûts pris en charge pour cette aide sont plafonnés. Pour chaque membre du ménage âgé de plus de 65 ans, le plafond total par an est de 12 000 €. Si l'un des membres du ménage dispose d'une carte d'invalidité ou reçoit une pension d'invalidité de la 3e catégorie, le plafond est à 20 000 €. Dans le cas où l'utilisateur bénéficie de l'APA ou d'autres aides financières, la réduction fiscale est appliquée sur le montant restant à payer.

Les aides directes 

Il existe différents moyens pour financer la téléassistance des séniors et des personnes handicapées :

• L'Allocation Personnalisée d'Autonomie (APA) à domicile

• La Prestation de Compensation du Handicap (PCH)

• Les aides extra-légales des communes ou des conseils départementaux

• Les aides des caisses de retraite complémentaires ou des mutuelles 

L'Allocation Personnalisée d'Autonomie (APA)

L’APA est une subvention accordée aux seniors en perte d’autonomie, qui en plus des soins médicaux qu'ils doivent recevoir, ont besoin d'une aide et d’une assistance au quotidien ; ou dont l'état de santé nécessite une surveillance permanente. Cet accompagnement peut être accordé aux personnes âgées placées dans des centres spécialisés ou à domicile. Afin de bénéficier de cette aide financière, il faut remplir les conditions suivantes :

• La personne doit avoir 60 ans ou plus

• Elle doit être en perte d'autonomie l’empêchant de réaliser certains actes essentiels du quotidien

• La résidence du sénior doit être établie en France

• Pour les utilisateurs étrangers, il est obligatoire d'être en règle concernant le séjour en France.

Pour faire une demande d'APA, il faut retirer le dossier de demande au Conseil Départemental. Cependant, il est possible de télécharger un formulaire sur internet ou de récupérer la documentation auprès de différents organismes tels que :

• CLIC (Centre Locaux d’Information et de Coordination)

• CCAS (Centre Communal d’Action Sociale)

Dès que la demande est transmise, une équipe médico-sociale est envoyée par le Conseil Départemental, et vient à la rencontre de la personne âgée dans son logement. Au cours de cette rencontre au domicile du sénior, le spécialiste des aides à domicile, l’ergothérapeute, évalue la situation. Il étudie la situation de la personne et remplit un formulaire. Cette étude passe par l'analyse de son mode de vie, de l'implication de ses proches, etc. À la fin de cette étude, il peut élaborer un plan d'aide.

Lors de cette évaluation, les besoins des proches aidants sont aussi pris en compte. Il s'agit notamment du niveau d'information de cette personne, du soutien, de la disponibilité d'une autre personne pour la relayer, etc. Le professionnel évalue aussi le niveau de perte d'autonomie grâce à une grille standard appelée formulaire AGGIR et trouve le GIR correspondant à la perte d'autonomie du sénior.

Le GIR est un élément très important puisque c'est grâce à lui que le professionnel arrive à déterminer si la personne âgée peut bénéficier ou non de l'APA. C'est aussi l'élément qui permet de déterminer le montant maximum à accorder au sénior. Après toutes ces analyses, un plan d'aide est adressé à l'utilisateur qui a 10 jours pour donner son accord ou demander des modifications. Passé ce délai, le Conseil Départemental considère que le plan d'aide est refusé.

La Prestation de Compensation du Handicap (PCH)

La PCH est une aide financière accordée aux personnes handicapées qui ont besoin d'une aide permanente pour les actes essentiels du quotidien. Cette aide financière peut prendre en charge une partie ou la totalité du montant des dépenses liées au handicap. L'attribution de cette allocation dépend du niveau de complexité et des besoins du bénéficiaire en fonction de son milieu de vie, de son âge et sa situation géographique. Il doit nécessairement résider en France.

Pour bénéficier de la PCH, le concerné doit avoir un handicap sévère, qui l’immobilise complètement ou en partie l’empêchant par exemple de marcher, se laver, se mettre debout, voir, entendre, parler, etc. C'est la MDPH, Maison Départementale des Personnes Handicapées, qui détermine le degré d’autonomie dans les actes de la vie quotidienne.

Pour bénéficier de cette allocation, le bénéficiaire doit être âgé de moins de 60 ans au moment de sa première demande ou être âgé de moins de 75 ans et avoir fait la demande du PCH avant 60 ans. Il peut aussi être en activité professionnel même après l'âge légal de la retraite et bénéficier de la PCH. Dans le cas où la situation de handicap survient après 60 ans et que l'intéressé est retraité, il doit faire une demande pour obtenir l'APA.

Quels que soient leurs ressources financières, toute personne handicapée peut bénéficier de la PCH. Cette subvention permet de financer cinq formes d'aides :

• Les charges particulières : il s'agit des dépenses permanentes et prévisibles dues au handicap et ne donnant pas directement droit à une prise en charge par la PCH

• Les aides techniques : 

• Les aides humaines : aide à la mobilité, aide 

• Les aides animalières : aide pour aller promener les animaux de compagnie

• Les aides pour l'aménagement de l'habitation et les surcoûts relatifs au transport : exemple adaptation de la salle de bain 

Les aides supplémentaires 

Les aides extra légales 

Certaine commune ou Conseil Départemental participent aux frais de la téléassistance. Ces subventions sont accordées en fonction des situations et des problèmes sociaux de l'intéressé. Les montants varient d’une commune ou d’un département à l’autre. Pour savoir si la ville du bénéficiaire octroie des aides, il faut se renseigner auprès de la mairie, du CCAS, Centre Communal d’Action Sociale ou du CLIC, Centre local d’Information et de Coordination.

Les aides des caisses de retraite principale 

Les caisses de retraites instaurent des plans d’aide personnalisée pour les personnes âgées et peuvent attribuer des aides financières pour la téléassistance. 

Les caisses de retraite principale sont :

• La CARSAT pour les salariés 

• Le RSI pour les indépendants

• La MSA pour les agriculteurs

Ces organismes peuvent aider à l'obtention de la téléassistance à hauteur de 200 € annuellement.

Les aides financières des caisses de retraite complémentaires et des mutuelles 

Ces organismes peuvent apporter une prise en charge ponctuelle aux bénéficiaires conformément à leur politique d'action sociale. Ces allocations sont attribuées sous des conditions de ressources qui ne sont pas prises en compte dans le contrat de santé.


Section 1
Section 2
Section 3
Section 4

Nous recherchons les meilleurs offres

Veuillez patienter